Utiliser de la peinture de marquage au sol pour fluidifier et optimiser la circulation sur les routes

Marquage au sol

Publié le : 20 octobre 20236 mins de lecture

Le marquage au sol est la clé de la signalisation et de la sécurité routière. C’est le système de marquage au sol qui permet aux usagers de la route de respecter la voie de droite, le sens de circulation et toutes les autres prescriptions du code de la route. Le marquage au sol permet d’induire un comportement chez les usagers en matérialisant le panneau au sol. Il serait difficile pour un véhicule de circuler couramment dans la zone sans ce marquage. Il existe différents articles conçus pour la mise en place des marquages routiers, notamment des résines ou des peintures, des bandes adhésives ou des marquages thermocollés et peints.

Utilisation et application des peintures routières !

La peinture est le produit le plus fréquemment utilisé, que ce soit pour marquer un arrêt de bus, tracer une ligne continue entre deux voies de circulation, ou créer tout autre type de signalisation. Elle permet un marquage routier durable et parfaitement reconnu, et est à la fois visible et résistante. Néanmoins, certains outils sont nécessaires pour l’utiliser. Par exemple, lors de l’application des lignes, vous utilisez une machine à tracer avec un dispositif de pulvérisation sans air qui vous donne un contrôle total sur le travail. Ainsi, les lignes produites sont parfaitement droites, précises et fixées au sol. Cette machine à tracer est également utilisée pour rassembler des segments de même taille afin de créer une ligne brisée. L’utilisation d’un pochoir peut être nécessaire pour des besoins particuliers. Par exemple, un pochoir et un rouleau ou un pulvérisateur sans air sont utilisés pour peindre une zone de stationnement pour handicapés. Cela permet d’établir un motif précis et cohérent, conforme aux normes en vigueur. De nombreux types de peinture sont utilisés à ces fins. Pour l’application des marquages routiers, ces peintures doivent répondre aux normes NF. Vous pouvez en savoir plus en consultant le site virages.com.

Résine thermoplastique et résine à froid !

Ce produit est composé de deux parties : une base et un durcisseur. La résine est posée sur le sol et durcie par polymérisation une fois que chaque composant a été bien mélangé. Une spatule est utilisée pour appliquer le marquage en couches uniformément fines, assurant une adhérence sans faille du marquage au sol. Même dans les zones fortement exposées à un trafic automobile fréquent, il a une durée de vie de 5 à 8 ans grâce à sa grande résistance à l’usure mécanique. Même dans les environnements métropolitains, il crée un marquage durable. Contrairement à la peinture, il est utilisé avec parcimonie pour désigner certains éléments de la route, comme les flèches de changement de voie, les ronds-points, les passages pour piétons, etc. dans les zones à forte circulation. En outre, plutôt que d’être utilisé comme séparateur de voies, il est utilisé en conjonction avec la peinture pour identifier certains éléments en raison de ses caractéristiques. Il s’agit davantage d’une substance thermoplastique que d’une résine. Un revêtement thermofusible est utilisé. Cette substance prend en fait la forme de particules de plastique (cristaux) qui, lorsqu’elles sont chauffées, fusionnent pour créer un revêtement antidérapant très durable.

Bandes élastomères !

Comme elles sont préfabriquées, elles peuvent être appliquées rapidement et mises en circulation immédiatement après l’installation. Ces bandes peuvent être utilisées pour indiquer des signes spécifiques ou des flèches sur le sol, par exemple (pistes cyclables, etc.). On distingue plusieurs produits dans cette gamme, dont l’application dépend du type de chaussée et du matériau utilisé pour les bandes. Toutes les bandes thermo-adhésives doivent être appliquées à l’aide d’une lampe de poche, notamment les bandes en résine méthacrylate, les bandes élastomères adhésives, les bandes élastomères auto-adhésives et autres. Ils sont complètement fixés au revêtement de sol une fois chauffés. Il est possible d’adapter le marquage de sol aux circonstances et à la surface à utiliser avec tous ces articles et procédures. Mais il existe d’autres types de panneaux que ceux qui sont colorés. En outre, le mobilier urbain est utilisé pour distinguer et signaler aux conducteurs des zones de circulation distinctes.

Le mobilier urbain accompagnant les panneaux de signalisation !

L’utilisation de dos d’âne et de coussins pour désigner une zone urbaine où un véhicule doit circuler à une certaine vitesse, par exemple 30 km/h, est courante. Il est également courant d’utiliser des dos d’âne et des coussins pour désigner une sortie d’école ou un passage pour piétons. Le mobilier urbain comprend un large éventail d’éléments permettant de délimiter et d’indiquer diverses zones. Il ne se limite pas aux panneaux de signalisation. Un dos d’âne est souvent fait de caoutchouc résistant qui est peint d’une couleur vive lorsqu’il n’est pas immédiatement coulé dans l’asphalte (blanc et rouge, jaune avec des bandes noires, etc.). Il est utilisé pour ralentir les voitures à l’approche de zones spécifiques et est fixé par de longues vis dans le sol. Afin de désigner les zones à vitesse réduite, les coussins sont souvent constitués de nombreux morceaux de caoutchouc extrêmement résistants qui sont assemblés pour former une plate-forme de 1,80 m de large. Elle est très visible et résiste à la circulation des véhicules lourds puisqu’elle est rouge et blanche. Dans certaines villes, il est aussi fréquemment utilisé pour réaliser des marquages au sol.

Plan du site