Les implications légales de l’assurance habitation obligatoire : Comprendre les règles

Assurance habitation

Publié le : 03 décembre 20237 mins de lecture

Est-il obligatoire de souscrire une assurance habitation ? Il n’existe pas de réponse unique à cette question, quoi que puissent en dire les assureurs : la souscription est obligatoire dans certains cas, elle est facultative, mais fortement recommandée dans d’autres. Quelles sont les implications légales de cette situation ?

L’assurance habitation est-elle obligatoire ?

On entend souvent dire que l’assurance habitation est obligatoire. En réalité, ce n’est pas exact. Tout dépend de la situation et surtout, du type de logement. Ainsi, les propriétaires occupants n’ont pas l’obligation de souscrire une assurance habitation, sauf si le logement qu’ils occupent se situe dans une copropriété, auquel cas l’assurance habitation est effectivement obligatoire. Il résulte de cette première règle que le propriétaire d’une maison n’a pas à souscrire une assurance habitation s’il ne le souhaite pas. Cela vaut aussi bien pour sa résidence principale que pour sa résidence secondaire, dès lors qu’il s’agit d’une maison et que cette maison ne fait pas partie d’une copropriété. Qu’en est-il des biens en location ? Le locataire est tenu se fournir une attestation d’assurance à son bailleur, il doit donc obligatoirement s’assurer. Dans la mesure où c’est le locataire qui assure le bien, le propriétaire non occupant n’a pas l’obligation de le faire, sauf si le bien se trouve dans une copropriété, ce qui est le cas de la plupart des appartements locatifs. Vous trouverez plus d’informations sur particuliers.sg.fr. Que peut-on répondre à la question : « l’assurance habitation est-elle obligatoire » ? Tout simplement qu’il n’y a pas de réponse unique et que tout dépend de la situation.

Questions fréquentes sur l’obligation de souscrire une assurance habitation

Ainsi que nous l’avons vu ci-dessus, la situation légale est assez complexe. C’est pourquoi il est important d’examiner les questions fréquentes sur l’obligation de souscrire à une assurance habitation (souscrire une assurance habitation).

Un locataire doit-il souscrire une assurance habitation ?

La réponse est oui. Le locataire doit fournir à son bailleur une attestation d’assurance habitation. Ce papier doit être transmis lors de la signature du bail ou au plus tard lors de la remise des clés. Il doit également être remis au bailleur ou à l’agence qui gère le bien à la date anniversaire du bail, chaque année.

Quand un propriétaire doit-il souscrire une assurance habitation ?

Concernant les propriétaires, la situation est plus contrastée. Voici les différents cas qui peuvent se présenter :

– propriétaire occupant d’une maison individuelle hors copropriété : pas d’obligation ;

– propriétaire occupant en copropriété : obligation de souscrire une assurance ;

– propriétaire d’une résidence secondaire : mêmes règles que ci-dessus ;

– propriétaire bailleur (propriétaire non occupant) : mêmes règles que ci-dessus. L’assurance habitation n’est obligatoire qu’en copropriété, depuis la loi ALUR.

Que couvre l’assurance habitation obligatoire ?

L’assurance habitation obligatoire offre des garanties de base, que le souscripteur est libre de compléter par différentes options :

– responsabilité civile

– dégât des eaux

– incendie

– catastrophe naturelle et tempête.

Les contrats de base comprennent parfois le bris de glace et le vol.

Assurance habitation obligatoire : les implications légales

Est-il obligatoire de souscrire une assurance habitation ? Pas toujours quand on est propriétaire. Le locataire, lui, est obligé de présenter une assurance habitation à son bailleur. Quelles sont les implications légales de cette situation ?

Pour un locataire

Le bail mentionne généralement de manière explicite l’obligation pour le locataire de souscrire une assurance. Dans le cas où le locataire oublie de justifier de son contrat à la date anniversaire de son bail, le gestionnaire (agence ou bailleur) peut tout d’abord le relancer, en lui rappelant que l’absence d’assurance est un motif de résiliation du bail. La loi précise que dans ce cas, c’est au bailleur de souscrire une assurance pour le locataire, en imputant les frais dans les charges locatives. Si le locataire ne rembourse pas ces charges, il risque, à nouveau, une résiliation de son bail.

Pour un propriétaire

Le propriétaire est en droit de ne pas assurer ses biens, dès lors qu’ils ne sont pas situés en copropriété. Le risque de porter tort à autrui est en effet bien moins important dans une maison individuelle. La conséquence est que le propriétaire doit, en cas de sinistre, supporter lui-même le coût des travaux de remise en état, sans pouvoir compter sur une assistance de son assurance. Il en va de même s’il s’agit d’un propriétaire bailleur hors copropriété. Les dommages aux biens seront pris en charge par l’assurance du locataire, mais les dommages au bâti ne seront pas pris en charge, puisque le propriétaire n’est pas assuré. En copropriété, le propriétaire, occupant ou bailleur, est assuré le plus souvent par le biais du contrat souscrit par le syndic. Le coût est imputé dans les charges. Le type de couverture peut varier, mais en copropriété, le contrat souscrit doit au minimum couvrir la responsabilité civile.

Comment fonctionne l’assurance habitation obligatoire dans le cas d’un bien loué ?

Dans le cas d’un bien donné en location, l’assurance du locataire a deux fonctions : elle couvre tout d’abord les dommages à ses biens (comme les meubles ou les embellissements qu’il a réalisés dans le logement). S’il s’agit par exemple d’un dégât des eaux, le mobilier, les vêtements ou les sols posés par le locataire sont garantis dans le cadre de la convention IRSI entre les assurances. S’il y a des dommages au bâti, c’est l’assurance PNO du propriétaire qui doit prendre le relais pour couvrir les travaux de remise en état. L’assurance du locataire couvre aussi sa responsabilité civile. Ainsi, s’il cause du tort au propriétaire (machine à laver qui déborde, par exemple, joints d’étanchéité non refaits, etc.), son assurance indemnise le bailleur. Il en va de même si la négligence du locataire cause un tort à un copropriétaire de l’immeuble.

Plan du site